Conférence sur les espèces animales envahissantes

Le réseau des maires engagés
pour la santé publique

Les idées reçues

« La lutte contre les espèces envahissante est une atteinte à la biodiversité », « Il ne faut pas avoir peur des piqures de moustiques »… Il existe de nombreuses croyances concernant les espèces animales envahissantes… Mais la plupart sont fausses voir dangereuses ! Décortiquons ensemble ces idées reçues et confrontons les aux données scientifiques les plus récentes.

FAUX : Nous sommes entourés d’espèces animales et végétales dites communes car elles ont toujours été présentes dans notre environnement.

Il arrive cependant, par accident, que l’Homme introduise de nouvelles espèces dans son environnement.

Cette nouvelle espèce est alors nommée espèce « invasive » si elle n’était pas là avant (cas du moustique tigre) et qu’elle exprime une capacité d’envahissement rapide ou « envahissante ». Elle prend la place des autres et modifie donc l’écosystème.

Enfin cette espèce, si elle a un impact négatif sur la santé ou sur la biodiversité peut être classée comme « nuisible » et donc être régulée ou éradiquée.

FAUX : La lutte contre les espèces invasives/envahissantes/nuisibles est bien au contraire très souvent bien profitable à la biodiversité.

Cela permet que cette espèce ne s’installe pas au détriment des autres (comme le rat d’égout) et vienne bousculer les équilibres écologiques établis et fasse chuter la biodiversité par la disparition des plus faibles espèces.

FAUX : Non toutes les espèces animales ou végétales n’ont pas la même capacité à s’implanter dans un écosystème et n’ont donc toutes pas un caractère envahissant.

Seules les plus prolifiques et les plus opportunistes prennent toutes les autres de vitesse ou bien bouleversent les équilibres établis. Les espèces envahissantes ont donc une dynamique d’implantation beaucoup plus rapide que les autres, qui par conséquent, en sont victimes et ce qui affecte plus globalement la biodiversité.

Ne pas vouloir réguler une espèce envahissante, c’est clairement agir contre la biodiversité !

FAUX : Lutter contre une espèce envahissante (rats, souris, punaises des lits) peut se faire selon plusieurs méthodes et notamment l’emploi de solutions chimiques.

Ces solutions chimiques existent aussi pour les particuliers. Ces produits sont parfois, en fonction du niveau d’infestation, la seule solution viable pour se débarrasser de ces envahisseurs.

Attention néanmoins à respecter les bonnes pratiques d’usage de ces produits ou faire appel à un professionnel de l’hygiène.

FAUX : si les produits chimiques de régulation des espèces envahissantes sont utilisés correctement, après lecture de l’étiquette et application des bonnes pratiques recommandées, il n’y a pas de problèmes à les utiliser.

Seuls les mésusages volontaires (suicides, meurtres) ou accidentels (non évaluation du risque) créent le risque de contact entre le produit et une cible non souhaitée. Néanmoins, en cas de contact de votre animal avec l’un de ces produits, consulter rapidement un vétérinaire ou un centre antipoison vétérinaire.

VRAI : Oui les rongeurs et en particuliers les rats qui vivent en ville, autour de nous, peuvent transmettre de nombreuses maladies, des virus, des bactéries, des parasites…

Une étude récente réalisée dans un parc public de la région parisienne (Chanteraine), après capture d’une centaine de rats, montre que ces mammifères sont porteurs de nombreux pathogènes pouvant affecter notre santé, celle de nos enfants et animaux domestiques (leptospirose par exemple).

VRAI : Cela dépend de l’espèce de moustique qui pique. Si c’est un moustique tigre, la réponse est OUI car il est vecteur de maladies graves comme la dengue, la fièvre jaune, le zika, le chikunguyna.

Le moustique tigre est très largement installé en France maintenant et peut à tout moment déclencher une épidémie si il réussit à récupérer du virus dans le sang d’une personne revenant de voyage et n’ayant pas encore déclaré les symptômes de la maladie ou étant asymptomatique.

FAUX : Non la punaise des lits ne transmet pas de maladies en tant que tel. Cependant, son impact psychologique chez les victimes est tel que l’on considère que la santé publique est très largement affectée par cet insecte au vu de son impact très grave sur la santé mentale des occupants des logements infestés.

Qu'est-ce que CLEAN ?

La Conférence sur Les Espèces Animales eNvahissantes (CLEAN) est née d’un constat de Geoffroy Boulard, le maire du 17ème arrondissement de Paris

face à la forte progression des espèces envahissantes telles que rats, punaises des lit, frelons asiatique, moustiques tigre, ragondins, sangliers… dans les villes et sur l’ensemble du territoire national, il est impératif et urgent de prendre la mesure des risques sanitaires et socio-économiques liés à leur prolifération.

D’une mobilisation de maires, comme lui pleinement engagés dans la prévention et la lutte contre ces espèces, tous soucieux de partager leurs expériences locales et de promouvoir le rôle des collectivités locales dans les politiques de pest management, est née CLEAN : un réseau qui offre à leurs collègues élus et à leurs administrés une plateforme d’informations et d’échanges de bonnes pratiques , afin d’optimiser l’action publique sur ces problématiques en conciliant protection de la santé publique et respect de l’environnement.

Ce club, accompagné d’experts nationaux et européens, propose des formations aux élus, des webinaires pour décideurs publics et grand public, et a vocation à participer à tous les débats relatifs aux politiques publiques sur la gestion des espèces envahissantes en France, au niveau européen et international.

Rejoignez
le réseau

Vous avez des questions ? Vous souhaitez rejoindre le réseau ? Contactez-nous !

« Il est de notre devoir de protéger la population des risques sanitaires et socio-économiques liés à la prolifération des espèces animales envahissantes. Rejoignez-nous ! »
Geoffroy Boulard
Maire du 17e arrondissement de Paris
Fondateur de CLEAN

Contactez Clean

Vous avez des questions ? Vous souhaitez rejoindre le réseau ? Contactez-nous !